Justice et Vérité pour les familles

.

Le renouveau charismatique catholique et évangélique a fêté ses 50 ans pour Pentecôte à Rome. Un rassemblement  pour sauter, danser, chanter. De l’émotion, de l’euphorie, de l’exaltation… Beaucoup de bruit…Répercuté par une pléthore d’articles que l’on trouve sur le net. Un article a particulièrement attiré notre attention et exige une réponse. Que la  foi romaine se complaise  dans cette confusion en tous genres, et surfe sur ces torrents superficiels, nous ne pouvons que le déplorer, mais qu’un cardinal se permette le discours suivant paru dans «  La Croix » est intolérable.

.

La Croix, le 06/06/2017 à 0h00 
Mis à jour le 06/06/2017 à 14h21

.

 « Lors d’une messe célébrée au Circo Massimo, vendredi soir, le cardinal Kevin Farrell, président du Conseil pontifical pour les laïcs, a exprimé la demande de pardon du Renouveau charismatique pour ses « défauts », au long de ces cinquante années : « Arrogance, impatience, orgueil, paroles imprudentes… qui ont provoqué des tensions et des divisions dans les communautés, les groupes et les paroisses ». « Ce courant de grâce a atteint sa maturité ecclésiale », a-t-il dit, ajoutant qu’il ne peut se limiter à « une expérience spirituelle privée et réconfortante » mais doit conduire à « une conscience plus grande que la mission de l’Église est notre mission, que les objectifs du diocèse sont nos objectifs et les problèmes de la paroisse nos problèmes ».

 .

Un petit rappel à la Prévert des « défauts » précités pour lesquels un  Cardinal, demande pardon :

.

– Les ex-communautaires qui  depuis des décennies ont enrichi ces communautés par leur travail, sans cotisation sociale ni même de retraites, ont bien dansé, eux aussi, dans de méga-rassemblements. Ils dansent aujourd’hui devant leur buffet vide et font la queue pour toucher les subsides de l’Etat. Les coffres-forts du renouveau semblent  ne pas avoir atteint leur maturité pour assumer leur responsabilité et leur rendre leur dû.

Les gourous, sous prétexte de « relecture de la vie »  induisent de faux souvenirs dont voici les dégâts :

– Jeunes captés dans cette mouvance, utilisés au seul profit de communautés manipulé, au mépris de leur avenir brisé.

– Parents accusés de maltraitance ou d’inceste et rejetés

– Couples brisés, divorces, avortement.

– Familles détruites, pulvérisées

– Parents en fin de vie qui ne reverront pas leurs enfants

– Parents qui n’ont plus revus leurs enfants suite au refus de donner de fortes sommes d’argent à la communauté.

– Parents sans nouvelle de leurs enfants depuis plusieurs années

– Grands-parents coupés de leurs petits-enfants

– Actes subis de pédophilie qui ont fait la une des médias

.

«  Ce courant a atteint sa maturité ecclésiale »

On peut en douter dans cette demande de pardon à la cantonade dont le mot « victime » est absent. Même un enfant lorsqu’il a commis une faute est capable de savoir à qui il a fait de la peine et il va lui demander pardon.

 .

Le Cardinal demande pardon mais à qui ? …Telle est la question.

Rappelons une fois de plus l’encyclique de Jean Paul II In « DIVES IN MISERICORDIA » :  

« Dans aucun passage du message évangélique, le pardon, ni même la miséricorde qui en est la source, ne signifient indulgence envers le mal, envers le scandale, envers le tort causé ou les offenses. En chaque cas, la réparation du mal et du scandale, le dédommagement du tort causé, la satisfaction de l’offense sont conditions du pardon. »
.

Une longue route à faire que le GPS du Cardinal n’a pas encore trouvée.

 .

Derrière tout le bruit de ces rassemblements charismatiques abusivement séducteurs et médiatisés,

se  cachent une triste réalité humaine.

 Le terme  « défaut » pourrait être adapté s’il qualifie ce lourd handicap romain et ecclésial :

l’aveuglement, la surdité et le silence.   

.