Justice et Vérité pour les familles

Numéro 1

 

« Ne les craignez donc point; car il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu ». Matthieu 10, 26

« Celui qui agit selon la vérité vient à la lumière » St Jean 3, 21

Il y a vingt ans ! Vingt ans, que des parents, maintenant âgés, ont alerté les évêques en charge de communautés déviantes où leurs enfants ont subi un lavage de cerveau. Ils sont victimes d’une des pires manipulations mentales qui soit.

Ces évêques pour protéger ces communautés, sont allés jusqu’à jeter le discrédit sur la santé mentale de ces parents. Rien ne devait se savoir de cette réalité. Pas de scandale, comme dans le domaine de la pédophilie. Et ce sont des murs de silence qui ont été montés autour des familles pour qu’elles ne soient pas entendues.

Seule la vérité peut endiguer ce fléau. Elle n’a pas été faite … Seule la justice rendue aux victimes peut les sauver. Elle leur a été refusée…

Des lieux présentés pour accueillir les victimes, se sont créés les uns après les autres, au cours des années. Ils restent des lieux d’écoute… A ce jour aucune victime, aucune famille n’a été aidée. Aucune prévention n’a été organisée malgré la parution en 2012 du « Livre Noir de l’emprise psycho-spirituelle ». Livre que vous trouverez en pièce jointe.

Ce fléau caché continue ses ravages … Aujourd’hui, il fait de plus en plus de victimes, dont nos enfants pris dans ces réseaux, manipulés, abîmés et coupés de leurs familles. Nous ne pouvons supporter plus. Nous avons décidé d’informer et d’agir. Il faut arrêter cette omerta, briser ces murs du silence … La parole est à nous.

Nous vous remercions de prendre connaissance de ce courriel et d’en assurer la plus large diffusion.

Livre noir de l’emprise psycho-spirituel

.

Numéro 2

.

“Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, alors qu’au-dedans ce sont des loups voraces.”

St Matthieu chapitre 7 Verset 15

Le renouveau charismatique entré dans l’Eglise dès les années 1970, y a introduit sa religiosité-doctrine psycho-spirituelle de « blessures-guérison ». Un discours nouveau, très séducteur, qui s’est concrétisé par des sessions de guérison en tout genre et sous diverses appellations. Un raz de marée de propositions « label cathos », plus prometteuses les unes que les autres. Mais en connaissez-vous l’origine ? Le fondement ? La doctrine ? Les psychotechniques ? Les dangers ? En connaissez-vous la violence ?

C’est cette violence dont nous voulons vous parler. Dés le premier contact, une maman nous a dit :

«  Je ne croyais pas les parents musulmans qui disent qu’ils n’ont rien vu venir de la radicalisation de leur enfant, aujourd’hui, mon mari et moi sommes confrontés à la même chose dans l’Eglise catholique. Notre fils dans une violence insoutenable, nous a accusés sans raison des pires horreurs, nous devions être exorcisés, nous n’étions plus ses parents…Nous sommes médecins, nous avons pensé à une crise de folie. La sidération passée, nous avons découvert qu’il a rompu tous ses liens : familiaux, amicaux, relationnels et quitté son travail pour rejoindre un groupe charismatique « pour guérir de ses blessures ». Notre fils était équilibré, joyeux, brillant intellectuellement, on lui a chamboulé la cervelle. Pour le guérir de quoi au nom de cette folie ? Nous sommes atterrés, nous n’avons rien vu venir… »

Le témoignage de cette maman et la suite dramatique de cette histoire familiale, nous a interpelés. Nous vous invitons à lire ce texte « De la violence » que vous trouverez en pièce jointe.  

De la violence

 

Numéro 3

 « Viendra un temps, en effet, où certains ne supporteront plus la saine doctrine, mais, au gré de leurs propres désirs et l’oreille leur démangeant, s’entoureront de quantité de maîtres. Ils détourneront leurs oreilles de la vérité, vers les fables ils se retourneront. » TOB  2 Timothée Ch. 4 v. 3

 

Les guérisons dans l’Église aujourd’hui ?

 

Depuis des années, se font de manière empirique, dans notre Église des sessions dites de « guérisons » aux noms divers et variés : guérison de la mémoire, de l’enfance, de l’affectivité, de la dépression, de l’identité, de l’imagination, de la relation, anamnèse, Agapè, Siloë, « relecture de la vie sous le regard de Dieu »  etc. La liste n’étant pas exhaustive.

Ces dites sessions se fondent sur le Psycho-spirituel théorisé par les écrits des fondateurs et doctrinaires de communautés nouvelles, et par l’ICCRS (Renouveau Charismatique Catholique International, au Vatican). Or ces pratiques n’ont jamais fait l’objet ni d’un travail d’analyse par des universitaires compétents, ni d’une étude des pratiques et du suivi de cas par des professionnels extérieurs. Dans ces « sessions de guérison », on retrouve de nombreux éléments disparates empruntés à l’Ennéagramme, la Programmation-neuro-linguistique, l’Analyse transactionnelle, la Psychogénéalogie, l’Hypnose Ericksonienne, l’Art’thérapie, le Psychodrame, la Méditation de Pleine Conscience, etc.

Utiliser ces techniques sans garde-fous, cela s’appelle « jouer à l’apprenti-sorcier ».

Et de fait, on constate chez de nombreux retraitants (souvent en différé, après que l’euphorie provoquée par une exacerbation des émotions soit retombée) une plus grande confusion spi-psy, des souvenirs induits, une altération du principe de réalité, une anesthésie des émotions, un regard négatif sur le passé et sur ses proches, une destruction des capacités à communiquer et à aimer…

Des faits avérés, dénoncés depuis près de vingt ans … Des jeunes croyants, confiants, s’y sont fait démolir en pensant aller à une session spirituelle, présentée comme un plus pour enrichir leur vie et leur foi…

Il y a quelques années sous la pression des médias, et de familles déterminées qui se sont adressées à l’épiscopat, une commission s’est créée, sous la responsabilité d’un évêque,  pour étudier ce phénomène psycho-spirituel. Des parents et des victimes ont accepté de donner leurs témoignages, leurs travaux de recherches et d’analyses démontrant une très grave manipulation mentale. L’épiscopat, en contrepartie, s’était engagé à aider les familles Cette commission au bout d’un an de travail sérieux a rendu son rapport remis à chaque évêque lors de la Conférences des évêques de France, à Lourdes, à l’automne 2011 :

 

GROUPE DE RÉFLEXION « SPIRITUEL ET PSYCHOLOGIE »

 

 A télécharger si vous le souhaitez :

http://derivesdansleglisecatholique.fr/wp-content/uploads/2017/02/RAPPORT-conference-episcopale-2011.pdf

L’épiscopat n’a jamais tenu ses engagements, les parents ont été rejetés et les victimes abandonnées… Si un journaliste n’avait publié ce rapport, il aurait été placardisé puisque « strictement confidentiel ».  Donc, malgré la conclusion de ce document accablant, ces sessions continuent… Avec les mêmes dégâts. Mais prudemment leur grande nouveauté est de se nommer maintenant sessions de « guérison spirituelle »… Ce  qui ne change rien à leur fondement déviant !

Donc dans notre Église, on continue de « faire des  guérisons », alors que durant des siècles les guérisons ont fait l’objet d’une extrême prudence, de longues et nombreuses vérifications, de beaucoup de discrétion  (cf. Les cas de Lourdes).

Il se pourrait enfin, que l’épiscopat prochainement réponde aux questions qui s’imposent :

 

– De quoi guérit-on ?

– Qui vérifie la « guérison » et comment ?

– Pourquoi mélange-t-on les plans psychologique et spirituel ?

– Quels sont les compétences et les diplômes des « thérapeutes » ?

– Existe-t-il un code de déontologie et une autorité qui supervise ?

– Est-il du rôle de l’Église de réaliser ce genre de « thérapie » ?

– Pourquoi au nom de la foi, des jeunes sont-ils soumis à un « processus de guérison » ?

Pourquoi ces « guérisons »  continuent-elles malgré leurs risques avérés ?

 

Informer pour prévenir et protéger

 

Réagissez pour aider les victimes

 

Numéro 4

 

 

Devenir libres dans l’Esprit, ça s’apprend !

https://fr.zenit.org/articles/la-formation-au-discernement-spirituel-intention-de-priere-du-pape-francois-pour-mars-2018/

«… Le pape François demande en ce mois de mars de « prier pour que l’Église reconnaisse l’urgence de la formation au discernement spirituel au niveau personnel et communautaire. »S’il y a urgence de la formation, c’est qu’il y a danger que se répandent des pratiques qui s’éloignent de l’Évangile, de la tradition de l’Église et de la dignité de l’homme. Certes, cette menace n’est pas nouvelle, Saint Mathieu et les apôtres avertissaient déjà les premiers chrétiens : « Bien-aimés, ne vous fiez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprits pour voir s’ils viennent de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont venus dans le monde » (1 Jn 4,1). L’avertissement vaut plus que jamais aujourd’hui où de multiples doctrines et gourous circulent…. »

 

Nous partageons cette urgence de formation au discernement, c’est la raison du choix de notre newsletter ce mois-ci.

 

Tout d’abord, nous nous sommes réjouis de la guérison miraculeuse proclamée à Lourdes le 11 février 2018.

 https://www.lourdes-france.org/actualites/action-grace-70e-miracle-lourdes

 

Nous avons pris connaissance avec intérêt de ce document ecclésial «  La reconnaissance d’un miracle » qui donne, à cette occasion,  les critères rigoureux exigés pour déclarer une guérison miraculeuse

 https://www.lourdes-france.org/reconnaissance-miracle

 

Selon ces critères clairement précisés et sérieusement appliqués, en 160 ans, à Lourdes, il n’y a eu « que » 70 guérisons reconnues miraculeuses.

Nous demandons que soient appliqués ces mêmes critères aux « guérisons » charismatiques annoncées à la chaine et que l’on n’a pas le temps de compter, dans les « groupes de prière »,  rassemblements, ou autres manifestations qui recrutent des gens par l’appât de la guérison. Pour les personnes qui se disent investies d’un « ministère de guérison », ministère auto-proclamé puisque inconnu dans la théologie catholique, nous demandons que cessent ces mystifications.

Nous demandons à l’épiscopat de se  prononcer sur ce phénomène. Est-il reconnu par le magistère ? Combien de guérisons ? Par qui ? Ces pratiques sont-elles reconnues catholiques ? Ou ne sont-elles qu’une vaste mystification ?

De plus en plus de personnes deviennent addict à ces groupes. Nous avons voulu savoir ce qu’il s’y passait réellement. Nous en avons fait une analyse documentée dans le document « La louange qui guérit » .

Nous espérons que notre travail, modestement, apportera sa contribution à  « l’urgence de la formation au discernement spirituel au niveau personnel et communautaire » demandée par notre Pape François.

 

Groupe justice et vérité pour les familles

 

Numéro 5

 

« Rejetant la vérité, certains introduisent des discours mensongers (…) Par une vraisemblance frauduleusement agencée, ils séduisent l’esprit des ignorants et les réduisent à leur merci, falsifiant les paroles du Seigneur (…) Ils causent ainsi la ruine d’un grand nombre…. » St Irénée (Adversus hæreses)

.

Les vocations ne naissent pas dans les couvents. C’est dans nos familles cathos qu’est le terreau qui depuis toujours donne des vocations à L’Église. Parents nous acceptons le choix de nos enfants lorsqu’il s’agit d’un choix libre, réfléchit et discerné. Un choix qui prend en compte le vécu de notre enfant, ses études et son avenir. Un choix qui l’engage autant que l’Eglise s’engage avec lui.

En revanche, en parents responsables, nous ne pouvons accepter que l’avenir de nos jeunes soit brisé brutalement sous prétexte de « vocation » surgie tout à coup dans l’échauffement émotionnel de groupes disjonctés, pour l’embarquer dans des communautés qui n’ont à lui offrir que l’immédiat d’une religiosité désincarnée, et où il sera utilisé à leur seul profit.

Des groupes qui sont souvent des associations de laïcs portant un habit religieux. Lequel donne à croire qu’il s’agit d’une communauté religieuse…Des vœux abusifs vont y être imposés. De quel droit ? Bien  évidemment, en pareille circonstance, les parents soucieux de l’avenir de leur enfant vont réagir. C’est alors que se met en place rapidement un processus de mise sous emprise pour couper le jeune de son milieu familial. Outre la famille ravagée, pour le jeune, les dégâts très graves peuvent nécessiter un suivi psychiatrique voire une hospitalisation. Des années de souffrance…

Les victimes ne font pas partie du passé, aujourd’hui en 2018, des parents nous contactent parce qu’ils sont confrontés à la même réalité que celle dénoncée par des familles dès l’année 2000. Ils commencent le même chemin de croix. Parce que L’Église a laissé faire et continue de laisser faire.

Lorsqu’on parle de dérives sectaires, chacun a une idée de la chose pour en avoir eu des exemples dans la société… Mais savez-vous ce que sont les dérives sectaires qui se font dans L’Église ? L’idéologie qui s’y camoufle derrière une religiosité déviante ? Leur gravité ? Leurs dégâts humains ? Savez-vous comment elles impactent une famille jusqu’à son but final : la détruire ?

Pour vous alerter nous vous proposons de prendre connaissance de ce document :

«  Le psychodrame psychospirituel : un enfermement à vie »

Que vous trouverez en cliquant sur le lien :

Le psychodrame psychospirituel

Merci de prendre le temps de le lire, et d’informer. Vous pouvez ainsi éviter à des familles, peut-être la vôtre,  de vivre le chemin de croix qui est le nôtre depuis des années.

Groupe justice et vérité pour les familles

 

Numéro 6

 

 

« Viendra un temps, (…) où certains (…)  au gré de leurs propres désirs et l’oreille leur démangeant, s’entoureront de quantité de maîtres. Ils détourneront leurs oreilles de la vérité,
vers les fables ils se retourneront. »
TOB  2 Timothée Ch. 4 v. 3

 

Sacrement de Confirmation et/ou Effusion de l’Esprit ?

 

Cette période de Pentecôte est celle des confirmations. Le catéchisme de l’Église catholique sur le site http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P3L.HTM donne la théologie de ce sacrement. Nous notons, entre autres :

 

« III. Les effets de la Confirmation

 

1302 Il ressort de la célébration que l’effet du sacrement de Confirmation est l’effusion spéciale de l’Esprit Saint, comme elle fut accordée jadis aux Apôtres au jour de la Pentecôte.

1304 Comme le Baptême dont elle est l’achèvement, la Confirmation est donnée une seule fois. La Confirmation imprime en effet dans l’âme une marque spirituelle indélébile, le  » caractère  » (cf. DS 1609), qui est le signe de ce que Jésus-Christ a marqué un chrétien du sceau de son Esprit en le revêtant de la force d’en haut pour qu’il soit son témoin (cf. Lc 24, 48-49). »

Avec  le renouveau charismatique venu des Pentecôtistes américains,  une confusion s’est installée dans l’Église avec « l’effusion de l’Esprit Saint » nommée aussi « baptême dans l’Esprit », et le sacrement de confirmation. Faute de théologie catholique de ce « baptême dans l’Esprit  » et de cette « effusion de l’Esprit», bien des cathos ne font pas la différence.

Les nombreuses propositions charismatiques pour « renaitre par le baptême dans l’Esprit » avec promesse « d’effusion de l’Esprit » et de charismes, dans des groupes très émotionnels, signifieraient-elles que le sacrement de confirmation serait devenu impuissant ?

Autant de questions que l’analyse jointe peut éclairer :

 

« L’effusion de l’Esprit du Renouveau charismatique
est-elle catholique? »

 

 

.